Pause musicale

Quand la surdité n’est que du bonheur

Des amis sourds m’ont dit « parler de notre souffrance au travail, c’est essentiel mais…. ça doit déprimer les entendants, il faudrait leur raconter des trucs plus joyeux sur ton blog ». Il faut donc que le net soit joyeux, positif, émouvant ou drôle.

D’accord : je partage alors aujourd’hui ce magnifique chantsigne : une belle chanson traduite en langue des signes et interprétée par des sourds.

Je travaille tous les jours avec des sourds, tous les jours en langue des signes mais un chantsigne me donne toujours le même frisson. Frisson que je partage :

Publicités

Comment détecter une souffrance ?

Les Sourds et la souffrance au travail

Episode 2 : Comment détecter la souffrance au travail des collaborateurs sourds ou malentendants?

Dans le post du mois de février 2016, nous avons vu que la plupart des sourds interrogés sur leurs conditions de travail, par un entretien approfondi, évoquent de façon récurrente un sentiment de discrimination ou de souffrance au travail.

Et pourtant, cette situation est rarement détectée par les RH ou les missions handicap.

Pourquoi un tel paradoxe ?

Depuis 2009, les missions conduites par  PEPSA3 ont montré que :

  • Les personnes sourdes ne savent pas identifier précisément les causes de leur ressenti et en conséquence ont du mal à en parler. On peut dire qu’ils restent volontairement silencieux soit par habitude de l’adversité (pour les sourds de naissance) ou manque d’informations (à qui s’adresser ?) soit par refus du handicap (pour les devenus sourds à un âge tardif). Nous y consacrerons l’épisode 3 de la souffrance au travail car il est important que les personnes sourdes ou malentendantes identifient cette souffrance pour pouvoir ensuite trouver des solutions adaptées à leur situation.

 

  • Les RH des missions handicap sont débordées par les dossiers, l’administratif, la gestion des ressources et ont peu de temps à consacrer à l’écoute patiente et sur la durée des personnes RQTH. Rares sont ceux qui ont une connaissance approfondie de la surdité et de ses enjeux, ce qui est absolument normal lorsqu’on a à gérer toutes les formes de handicap. Ecouter une personne sourde demande souvent d’avoir recours à un interprète en langue des signes, ce qui réduit parfois la spontanéité des échanges (à tort d’ailleurs car les interprètes diplômés sont des professionnels tout à fait formés à ce genre de situation).
  • Les RH, en toute bonne foi, pensent que l’accessibilité mise en place est suffisante. Hélas ! un interprète en langue des signes une ou deux fois par an ou un abonnement à un centre-relais téléphonique ne sont absolument pas suffisants pour construire une relation de communication forte entre sourds et entendants au sein d’une l’équipe sur la durée.

 

Que faire alors ?

Si vous êtes le manager ou le collègue d’une personne sourde ou un RH de mission handicap, les situations suivantes doivent vous alerter : elles sont le signe avant-coureur d’un malaise qui s’installe pour la personne sourde.

Si vous remarquez que votre collaborateur sourd :

  • semble épuisé le soir et ne vous écoute plus (regard vide, acquiescement à tout)
  • commet des erreurs ou des oublis étranges
  • se met subitement en retrait de l’équipe
  • refuse de participer aux réunions ou semble absent pendant les réunions
  • déjeune toujours tout seul, prend ses pauses seul en envoyant des textos
  • se trouve en arrêts maladie prolongés ou répétés
  • devient irritable ou que vous le trouvez agressif
  • cherche à faire appel aux syndicats ou au CHSCT ou aux délégués du personnel ou à la médecine du travail
  • n’évolue jamais alors que dans l’équipe chaque membre suit une carrière normale pour votre entreprise
  • rend des évaluations de fin d’année à peine remplies
  • etc,etc…

Alors n’attendez pas que la situation se dégrade : faites un DIAGNOSTIC ACCESSIBILITE avec PEPSA3 : c’est un bilan complet de l’intégration de votre collaborateur sourd dans son équipe qui débouche sur la définition de l’accessibilité optimisée pour lui (analyse sur mesure) et les conseils utiles pour une intégration réussie.