Les jeunes sourds face à l’emploi….

S’insérer sur le marché de l’emploi quand on est jeune diplômé n’est plus aussi simple…. et c’est encore plus difficile pour les jeunes sourds et malentendants.

« L’œil et la main » montre PEPSA3 dans une séance de coaching recherche d’emploi avec un jeune sourd possédant pourtant un excellent diplôme (min 19’13) .

Emission à voir en replay sur :http://www.france5.fr/emissions/l-oeil-et-la-main/videos/travail_le_peril_jeune_16-05-2016_1152969?onglet=tous&page=1

Si un documentaire de 26 mn ne peut pas montrer tous les enjeux de l’insertion professionnelle pour un jeune sourd, on peut cependant retenir quelques conseils clé :

Pour les entreprises :

  • Accompagnement :

Il est difficile d’appréhender les enjeux de la surdité dans le monde professionnel sans connaissance approfondie de ce handicap : faites-vous accompagner par des experts (PEPSA3, bien sûr) dès que vous envisagez d’embaucher un collaborateur sourd ou malentendant.

  • Accessibilité :

Lors des entretiens avec des candidats sourds ou malentendants, focalisez-vous sur les compétences du candidat ; oubliez sa surdité.

Une accessibilité sur mesure, à penser avec un expert, résoudra toutes vos craintes de communication sur  le terrain.

  • Une chance :

Osez imaginer que les jeunes sourds ont certes un point qui vous semble faible (la surdité) mais aussi quantité de points forts à découvrir ! Ils sont souvent, parce que la surdité les a mis en situation continuelle d’adversité depuis leur plus jeune âge : très dégourdis, motivés, ouverts, curieux du monde, très communicants (eh oui ! champions du non verbal), hyper visuels etc… Une vraie chance pour vos équipes !

Pour les jeunes sourds

  • Franchise

Ne cachez pas votre surdité : ni dans votre CV, ni dans vos entretiens. Apprenez à en parler de façon positive.

  • Rassurer :

Rassurez vos interlocuteurs en leur expliquant ce que la surdité vous apporte comme forces et compétences (que n’ont pas les entendants).

  • Accessibilité :

Expliquez clairement l’accessibilité dont vous aurez besoin une fois en poste (interprètes, vélotypie). Donnez-leur des adresses de consultants pour les aider (PEPSA3, bien sûr..). Si vous oubliez d’en parler en entretien, rien ne sera organisé (les entendants ne peuvent pas deviner tous seuls vos besoins) et ensuite, ce sera la spirale de l’échec : incompréhension, malentendu, perte d’information, tensions, extrême fatigue, frustration  etc….

  • Imaginer l’avenir:

Avant de vous lancer dans un  BAC+5, imaginez vers quoi cela débouche et évaluez le profil de communication des postes. Evaluez en quoi ce peut être compatible ou incompatible avec la surdité et quel niveau d’accessibilité cela suppose.

Par exemple, je vois beaucoup de jeunes sourds choisir la filière contrôle de gestion : il faut penser que la carrière de contrôleur de gestion suppose beaucoup de réunions, souvent en anglais, organisées à la dernière minute, beaucoup d’interlocuteurs, des coups de téléphone : bien sûr, ces métiers peuvent être rendus accessibles mais cela suppose un effort financier important de l’entreprise….

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s